09 mars 2008

Lendemain de tempête

À entendre le vent, le grésil sur le fenêtres, hier soir, on savait que le paysage à notre réveil serait impressionnant, quasi apocalyptique.

Avec mon conjoint, nous avons convenu d'une stratégie de pelletage. Un de nos atouts est le service de déneigement que nous avons, depuis que Sophie est née en 2005. Il faut pousser la neige au milieu de la cour pour que le tracteur la "garroche" sur le terrain du devant et au fond.

Mais il faut se rendre à la cour... équipée de mes super pantalons de neige, j'enfonce jusqu'aux cuisses !!! Après un p'tit quart d'heure, nous avons un chemin large comme la pelle pour aller de la porte à la cour.

Deuxième étape, ôter les voitures, ensevelies sous la neige. Je me pellete un petit chemin, m'insère dans la voiture et je "zigogne" avec le R et le L pour y arriver.

La troisième partie de notre plan est effectuée par mon valeureux amoureux. Il a l'ingrate mission de terminer le creusage du chemin, puis d'aller déneiger vis-à-vis nos fenêtres du sous-sol. Il peut compter sur des quasi-antiquités pour ne pas avoir trop de neige sur lui : les bons vieux bas de laine et les mitaines "qui vont jusqu'aux coudes" de mon papa.

Voici de quoi avait l'air ma voiture quand je l'ai vue ce matin... remarquez aussi que nous n'avons plus accès à notre cabanon.


Voici un aperçu de la maison. Nous n'avons heureusement pas trop de neige sur le toit. C'est du jamais vu, les arbres autant enterrés.

5 commentaires:

  1. Wow Isabelle, quelle efficacité ce matin! c'est d'ailleurs ce que nous devons aller faire sous peu. C'est vraiment fou cette année la quantité de neige et vraiment, je n'ai aucune idée de où l'on mettra cette nouvelle neige. Quand nous retournerons à deux voitures (donc lorsque j'aurai un enfant), nous nous payerons les services d'un déneigeur, c'est certain.
    Bon dimanche.
    Suzie

    RépondreEffacer
  2. Le déneigeur, c'était surtout parce que nos horaires ne coïncident pas pour avoir le temps de dégager le bout de l'entrée.

    Avant Sophie, ça ne me dérangeait pas de sortir à 7h pelleter et déneiger les voitures mais maintenant, j'ai des petites personnes à m'occuper.

    Mais quand les enfants auront 6 ou 7 ans, ça ne me dérangera pas de les laisser pour aller pelleter; ils voudront sans doute sortir eux aussi !!

    RépondreEffacer
  3. Les photos donnent une image vraiment impressionnante !

    L'auto de mon chum va rester enneigée (bon, tantôt j'ai déneigé l'auto en elle-même mais elle se trouve "dans" une montagne de neige quand même :) )jusqu'à ce que les pancartes de déneigement de la ville indiquent qu'il est temps de la sortir de là. Demain, nous partirons plutôt tous les 3 en autobus, bien moins stressant un lendemain de tempête !

    RépondreEffacer
  4. Les rues sont étroites. Hier, j'étais bien étonnée de voir que les trottoirs de plusieurs rues de Saint-Eustache n'étaient pas déblayés. Bien de valeur pour les étudiants qui se rendent à l'école à pied.

    RépondreEffacer
  5. Tarzile9:16 p.m.

    Oui, c'était comme ça. Même aujourd'hui, il reste encore beaucoup de cet or blanc.

    RépondreEffacer