04 octobre 2007

Une nouveauté - la suite

Voici un peu le reste de l'histoire...

Pour Sophie, je ne m'étais pas questionnée longtemps au sujet des couches, j'avais adopté les Pampers. Quand j'allais au Carrefour périnaissance, je m'aperçevais que la majorité des enfants portaient des couches lavables. Une des raisons de ce choix était que dans le cours prénatal offert là, on en faisait la promotion et encore plus important, on montrait aux parents comment cela fonctionnait.

Pour le 2e, même réflexion, je suis sans doute sur le pilote automatique. Cependant, j'ai été assise pendant les cinq cours de Massage pour bébé à côté d'une maman qui utilisait des couches lavables. Je vois que ce n'est pas compliqué, alors l'idée commence à germer... de plus, cette marque offre différentes tailles. Je me vois bien commencer les couches quand François atteindrait 15 livres... un soir, je fais une petite recherche sur internet et je constate qu'un magasin de Terrebonne offre la marque que je convoite, Blue Dog.

Faisons une avance rapide jusqu'à hier, alors que les couches que j'avais demandées sont arrivées en magasin. Je m'en suis procuré 20 (taille 15 à 25 livres), 3 caches couches, un seau et un rouleau de ramasse-#2. Comme prescrit, je passe les couches 2 fois à la laveuse et à la sécheuse. Ce matin, j'étais prête à commencer.

J'ai utilisé sept couches et pour une première journée, ça a très bien été, sans accident ni fuite. Je remarque que je devrai changer de taille de camisoles, les 16 livres étant dorénavant trop serrées.

Cependant, j'ai pris la décision de faire l'utilisation mixte des couches, les choisissant pour les nuits. C'est un compromis avec lequel je vis très bien.

Aujourd'hui, j'ai envoyé un courriel à ma municipalité pour demander si on y offrait une subvention pour l'utilisation de couches lavables. J'ai reçu la réponse, négative. J'ai donc envoyé un courriel à ma conseillère municipale et à lire sa réponse, elle voit ça favorablement et y donnera suite. (Voici une page où on dresse la liste des municipalités offrant une telle subvention).

Alors voici pour la petite histoire de mon cheminement. C'est en constatant "de visu" comment les couches lavables fonctionnaient que j'ai décidé de faire le saut.

4 commentaires:

  1. Super Isabelle, je pensais que tu les utilisais déjà. J'en avais acheté pour ma soeur il y a 7 ans déjà et c'était vraiment bien. Maintenant j'ai plusieurs amis qui en utilise et qui sont trés satisfaits. Je vais fouiller ce truc des subventions municipales, intéressant. Mais on économise déjà avec les couches lavables, au moins :-)

    RépondreEffacer
  2. C'était un peu paradoxal que j'utilise des couches jetables alors que je tente par tous les moyens de réduire la quantité de déchets que je jette, non ?

    C'est en voyant la facilité d'utilisation et en écoutant parler mon amie qui en utilisait que je me suis finalement résolue à faire cet achat.

    RépondreEffacer
  3. Chère Isabelle,
    ah ben ça alors il était temps que je me mette à jour dans mes lectures de ton blogue (en plus, c'est toujours un plaisir de te lire)! Je suis tout excitée que tu aies essayé les couches lavables. Et tant mieux si tu as trouvé une marque qui te convient !
    Et si jamais tous mes discours enflammés sur le sujet ont contribué à cette nouvelle inspiration... tant mieux ! :)

    RépondreEffacer
  4. C'est fou ce que tant de préjugés (mais surtout de "peurs") font pour nous arrêter de changer... c'est vraiment par l'observation répétée que j'ai décidé de faire le saut.

    RépondreEffacer